next prev

Simon Vouet

Paris, 1590 - 1649

Madonna with Rose

Huile sur panneau, diamètre 30 cm

CONTACT
+33 (0)1 40 22 61 71
  • PROVENANCE
  • LITERATURE
  • EXHIBITIONS
  • DESCRIPTION

PROVENANCE


Vente Christie’s, Paris, 26 juin 2003 ; Milan, collection Koelliker.

LITERATURE


- Jacquot D.- Kazerouni G., Eclairages sur un chef-d’œuvre. Loth et ses filles de Simon Vouet, cat. exp., Strasbourg, musée des Beaux-Arts, 20 octobre 2005 – 22 janvier 2006, p. 166, sous n° 26 ;
- Jacquot D., Simon Vouet, Paris, Cohen & Cohen, 2022, n° 322, version autographe (à paraître).
 

DESCRIPTION


Comme l’a bien démontré Thuillier dans le catalogue de l’exposition Vouet (1990-1991) : « la rose rouge montrée à l’Enfant peut passer comme évoquant la Passion : car la fleur naît parmi les épines, comme le salut des souffrances du Christ. Mais le texte gravé sur l’estampe [gravée par Claude Mellan en 1638] “Comme la rose parmi les épines, telle mon amie parmi les jeunes filles” adapté du Cantique des Cantiques (qui dit Sicut lilium…), dirige vers une interprétation toute mariale, rappelant le privilège de la femme bénie entre toutes les femmes et conçue sans le péché1. »
C’est un artiste de trente-huit ans qui retrouve Paris fin 1627, après seize années passées en Italie. Reconnu et renommé, il est accueilli chaleureusement par le roi et la reine qui le mettent aussitôt à contribution sur le chantier du Luxembourg. Très vite, il doit s’adapter au style clair du classicisme français alors en vogue, de plus en plus occupé à d’ambitieux projets décoratifs.

Ce petit tondo est un chef d’œuvre de délicatesse qui doit avoir été exécuté avant 1640. Dominique Jacquot, après examen du tableau, confirme que la qualité de ce petit panneau rond lui « fait estimer que c'est une réplique autographe » du tableau en hauteur représentant La Vierge à la rose du musée des Beaux-Arts de Marseille. L’historien de l’art date cette première version vers 1637. Gianni Papi (communication écrite), alors que notre tondo se trouvait encore dans la collection Koelliker, l’avait déjà donné à l’artiste tout en soulignant la prédilection de Vouet pour ce sujet et son « talent particulier pour les [les Vierges à l’Enfant] bien représenter » (Félibien).

Note :
1- Jacques Thuillier, in Vouet, cat. exp., Paris, Galeries nationales du Grand Palais, 6 novembre 1990-11 février 1991, p. 298-299, n° 46.